Donald Trump, le milliardaire devenu 45ème Président des Etats-Unis d’Amérique

La date du vendredi 20 janvier 2017 entrera dans l’histoire. Aujourd’hui, Donald Trump est investi nouveau président des Etats-Unis. Mais qui est celui qui déchaina les passions durant les mois de la primaire républicaine puis de l’élection présidentielle américaine ? Portait du 45ème Président des Etats-Unis d’Amérique. 

Né en 1946 à New York, Donald Trump est le quatrième d’une famille de cinq enfants. Son père, Fred Trump, d’origine allemande, est venu en Amérique pour faire des affaires. Connaissant le succès, il a pu offrir à ces enfants une excellente qualité de vie. C’est ainsi qu’il a permis à Donald Trump d’entrer dans les meilleures universités américaines, notamment la prestigieuse école de commerce de Pennsylvanie où il en sortira diplômé en économie. Donald Trump a travaillé très tôt dans l’entreprise familiale. C’est pourquoi, lorsqu’il reprit les commandes de l’entreprise, son père, alors promoteur immobilier, lui verse un prêt d’un million de dollars pour que son fils commence à faire de son côté des affaires. Trump à alors qu’une seule volonté : faire fructifier son argent pour devenir encore plus riche que son père. Il le rappellera de nombreuses fois : « Le succès, on l’a à la naissance ou on l’a pas« .

Du sens des affaires aux premières défaites

Rapidement, l’entrepreneur va construire d’innombrables tours qu’il fera porter son nom. Il choisit plus spécifiquement le quartier de Manhattan pour développer sa fortune, afin de profiter des prix très bas, même s’il faut aller à l’encontre des recommandations paternelles qui lui conseillent d’autres placements, plus stables. Néanmoins, sa stratégie de reprise d’entreprises en faillite et en liquidation fonctionne : dans les années 80, Donald Trump fait figure d’homme à succès. Désormais, les banquiers lui prêtent les yeux fermés et Donald peut développer son empire : il ouvre des casinos, reprend une compagnie aérienne à son nom, investi dans l’hôtellerie et la restauration. Il fait également une percée dans le showbiz en ayant plusieurs rôles dans des films et comédies, notamment Le Prince de Bel Air. Il s’affiche même dans le sport de lutte, sa prédilection.

Cependant, les premiers échecs arrivent dix ans plus tard, dans les années 90. Après un divorce qui lui coutera très cher et fera la Une de la presse à scandale, Donald Trump fait faillite dans quatre de ses plus grosses réussites, notamment les hôtels Trump Taj Mahal et Trump Plaza. Afin de se refaire, il est contraint de revendre sa compagnie aérienne.

Néanmoins, celui qui refusera toujours de qualifier certaines de ces affaires de faillites (mais plutôt de protection industrielle, au sens de l’article 11 de la loi américaine sur la faillite) entend faire de son nom une marque pour se relancer. Il continue à investir dans l’immobilier mais également dans des domaines plus surprenants : le luxe ou même… le steak ! Sa devise désormais, « se battre pour gagner« . Il mettra un point final à se faire connaître en devenant le producteur et l’animateur à succès d’une émission de télé-réalité, The Apprentice. Son expression, « You’re fired ! » (Tu es viré !) fait de l’homme une véritable star du petit écran, au point d’avoir son étoile sur Hollywood Boulevard.

L’électron libre politique

Marié à Melania depuis 2005, Donald Trump n’a jamais eu une position politique claire et précise. Passant d’un parti à un autre, aimant quelques années Reagan et Mitt Romney pour préférant ensuite Bill Clinton, il affirme même lors d’une interview qu’Hilary Clinton ferait une bonne présidente des Etats-Unis d’Amérique, avant, quelques années plus tard, de la définir comme la pire secrétaire de l’histoire des USA. Il contribue toutefois à financer les partis démocrates et républicains. Pourtant, le 16 juin 2015, il pose sa candidature à la primaire républicaine. Par conviction ? Plutôt par opportunisme, jugeant qu’il lui serait très facile de battre la candidature démocrate.

Celui qui auto-finance sa campagne politique se révèle être un candidat atypique, se voulant être le candidat anti-système. Mais l’incohérence de ses propositions, les nombreux revirements politiques qu’il réalise (sur la question de la guerre en Afghanistan ou encore de l’avortement) et les multitudes polémiques qu’il crée autour de son personnage (se moquant d’un journaliste handicapé, utilisant un langage vulgaire, insultant ces propres électeurs, etc) provoque une profonde division dans la population américaine. L’annonce de son programme ne fait qu’entériner le clivage entre pro et anti Trump avec ses propositions controversées, notamment la construction d’un mur entre les USA et le Mexique payé par les mexicains eux-mêmes.

Donald Trump, véritable candidat populiste jouant sur les peurs (par ces thèmes politiques de prédilection : l’immigration, le terrorisme ou encore la perte de souveraineté des Etats-Unis) et le trucage de chiffres pour lui donner raison (le gonflement excessif du taux de chômage américain par exemple), a désormais quatre ans pour convaincre les américains de l’efficacité de sa politique. Mais le début de son mandat s’annonce déjà difficile : accusé de conflits d’intérêts pour les actifs qu’il détient dans pas moins de cent onze entreprises étrangères par le Washington Post, il est également le nouveau Président des Etats-Unis investi le plus impopulaire depuis 40 ans.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s